La soumission chimique : attention danger !

La soumission chimique ou médicamenteuse est l’administration à des fins criminelles ou délictuelles de substances psychoactives à l’insu de la victime ou sous la menace.

L’agresseur administre à l’aide d’une seringue ou dans le verre de la victime un médicament ou une drogue.


Prenez soin de vous et de vos ami·e·s, dans tous les cas ce n’est pas votre faute et vous n’êtes pas seul·e·s !


Les substances utilisées

Parmi les substances les plus utilisées, on retrouve non pas le GHB (qui est en réalité peu utilisé) mais majoritairement des médicaments de la famille des benzodiazépines ou des sédatifs. En 2019, en France, 574 cas de soumission chimique ont été recensés.

Les symptômes

Les symptômes ressentis sont variés et dépendent de chaque personne mais parmi ceux que l’on retrouve le plus souvent, on peut noter : une perte de la mémoire, des troubles de la vigilance, des troubles de la vue, des douleurs vives aux bras et aux cuisses et dans le cas de soumission par piqûre, on peut retrouver des hématomes dus à la seringue.

Que faire si l’on est victime de soumission chimique ?

Lorsque l’on est victime de soumission chimique il ne faut surtout pas s’isoler. L’idéal serait de prévenir les personnes avec qui l’on est et le personnel de l’établissement. Il est également important de se rendre dans un service d’urgence le plus vite possible pour essayer de trouver des traces de substances chimiques voire d’agression sexuelle.

À savoir : le GHB par exemple n’est détectable que pendant 6 à 12 heures après sa consommation et seules des analyses toxicologiques permettent de savoir si on a été drogué.

Que faire si l’on est témoin de soumission chimique ?

Si la victime est consciente :

  • prévenez le personnel de l’établissement, appelez les secours : le 15 ou le 112.
  • Essayez de maintenir la personne éveillée et la rassurer en lui parlant.
  • Vous pouvez également lui poser des questions sur ses consommations afin de faire un bilan aux secours.

Si la victime est inconsciente :

  • Vérifiez avant tout qu’elle respire et mettez-la en position latérale de sécurité (PLS) pour éviter qu’elle ne s’étouffe.
  • Appelez là-encore les secours -le 15 ou le 112 – et restez à côté de la victime jusqu’à leur arrivée.

*Sources : Goullé, J. P., Saussereau, L., Guerbet, M., & Lacroix, C. (2010). La soumission chimique : un problème de santé publique ? Bulletin de l’Académie Nationale de Médecine, 194(2), 415 430. Vidéo et dépliant de la MILDECA (Mission interministérielle de lutte contre les drogues et les conduites addictives). Données de l’ANSM sur le nombre de cas recensés en 2019.