Le nombre d’étudiantes et étudiants croît d’année en année, cependant moins d’un quart peut être logé dans une résidence étudiante ou jeunes. Pourtant une diversité d’acteurs publics et privés développe et facilitent l’accès au logement de ce public.

Vous recherchez un logement ?

Chiffres clés

  • 11% Des étudiant.e.s interrogés ne se sentent pas en sécurité par rapport à leur logement.
  • 87% sont décohabitant.e.s.
  • 45% d’entre elles et eux ont fait face à des difficultés pour trouver un logement.
  • Moins d’1/4 peut être logé dans des résidences étudiantes ou jeunes.
  • 88,5% des étudiant.e.s interrogés dans le cadre de l’enquête sur les conditions de vie des étudiants, sont satisfaits de leur logement.

Pour consulter l’ensemble des résultats de l’enquête de 2020 sur les conditions de vie étudiante, allez sur Vie Étudiante : Enquête et Diagnostic !

Éléments de contexte territoriaux

Des acteurs et politiques variés au service de l’offre de logement

De nombreux acteurs publics et privés sont compétents en matière de logement. Parmi eux, l’État et les collectivités territoriales portent les politiques publiques et impulsent la construction de logements.

Les bailleurs sociaux, le Crous, les promoteurs et gestionnaires privés assurent la construction ou la réhabilitation de logements et gèrent le parc des résidences universitaires. Les établissements de l’enseignement supérieur peuvent quant à eux intervenir à différents degrés en la matière : diffusion de l’information à destination des étudiants, gestion de résidences étudiantes, recherche d’opportunités de construction, etc..

Ensemble, ces acteurs contribuent à la mise en œuvre d’orientations nationales : Plan national en faveur de la création de 60 000 logements étudiants d’ici 2022 ; protocole d’accord entre la Conférence des présidents d’université (CPU), le Centre National des Œuvres Universitaires et Scolaires (Cnous) et l’Union sociale pour l’habitat (USH) pour la mobilisation de l’ensemble des acteurs en faveur du logement étudiant et jeune…

Fin 2019, l’Observatoire du logement étudiant de l’académie de Toulouse (UFTMP, Crous, Rectorat, Caisse des Dépôts et Consignation, représentation des collectivités locales dont Métropole de Toulouse, bailleurs sociaux) a vu sa labellisation nationale confirmée.

Une offre de logement à la fois privée et publique

Les résidences « conventionnées » (Crous et bailleurs sociaux) sont largement plébiscitées car moins onéreuses. Mais les places étant insuffisantes, les non bénéficiaires de bourse rencontrent de réelles difficultés d’accès à ces logements. Ainsi, 60% des étudiantes et étudiants se tournent vers la location chez un particulier et 25 % sont logés au sein de résidences étudiantes du secteur privé.

D’autres types de résidences proposent des logements attribués prioritairement aux étudiantes et étudiants d’un établissement (ENVT, ISAE SUPAERO, INSA), et des initiatives associatives voient le jour pour proposer des solutions de logement innovantes (KAPS de l’AFEV, Campus et toits, etc.).

Le schéma d’amélioration de la vie étudiante de 2016-2020 avait identifié comme objectif de faciliter l’accès aux logements aux personnes en situation de handicap dans le parc social. Aujourd’hui, l’offre de logements PMR (personnes à mobilité réduite) correspond à la demande. Il n’y a donc plus de besoin identifié de création de nouveaux logements adaptés à ce public.

Un accompagnement à la recherche de logement et un appui à la demande d’aides financières

En matière d’accompagnement, les services Vie Étudiante et Relations internationales des établissements orientent vers les acteurs concernés. Des démarches complémentaires existent. A Castres et à Montauban, par exemple, un point accueil logement recense toutes les offres de logement locales et informe la communauté étudiante.

Les établissements mettent de nombreux outils à disposition. Parmi eux, la Toul’box (pour les étudiants internationaux en mobilité entrante) et l’Accueil-Welcome Desk apportent conseil et assistance grâce à leurs réseaux de partenaires. La Mairie de Toulouse propose pour les jeunes (15-29 ans) le Dispositif Instal’Toit, un prêt à taux 0 pour l’installation. Le Centre Régional Information Jeunesse (CRIJ), le groupe Action Logement et la Caisse d’Allocations Familiales (CAF) viennent également en soutien à de nombreuses étudiantes et étudiants.

Un niveau de satisfaction élevé, modéré par des difficultés lors de la recherche du logement

Malgré une satisfaction très élevée par rapport à leur logement, près de la moitié d’entre eux font face à des difficultés dans leur recherche de celui-ci. Habituellement identifiées en période de rentrée universitaires, ces difficultés semblent désormais perdurer tout au long de l’année.

Les étudiantes et étudiants internationaux et primo-entrants rencontrent des difficultés particulières dans l’accès au logement. Le manque d’accès à l’information sur les offres, l’inéligibilité aux logements du Crous pour les non-boursiers et l’absence de garants français constituent les principaux freins.

L’accès au logement des doctorantes et doctorants se révèle également parfois difficile, particulièrement pour celles et ceux qui ne sont pas financés.

La problématique du double logement pour le public alternant, enjeu du Schéma 2016-2020, est récurrente et toujours d’actualité. Les principaux obstacles à surmonter sont les difficultés financières et celles de la mobilité.

Le besoin en hébergements temporaires et d’urgence concerne une minorité d’étudiants, essentiellement internationaux. Cette problématique a également tendance à perdurer tout au long de l’année universitaire. Des dispositifs existent mais une réflexion sur la mise en place d’outils et de solutions complémentaires doit être poursuivie.

Un sentiment d’insécurité aux abords des résidences étudiantes

Des problèmes d’insécurité sont constatés aux abords de certaines résidences étudiantes. Ce sujet, relatif selon la perception de chacun, semble concerner des résidences éloignées des lieux de vie (centre-ville, commerces) et dont la desserte en transports est moins régulière.

Des mesures sont mises en œuvre dans les résidences du Crous et la concertation entre les acteurs du logement étudiant (établissements, collectivités, Crous, bailleurs sociaux) doit être maintenue.

Le plan d’actions : les objectifs et les réalisations

Malgré une satisfaction très élevée des étudiants par rapport à leur logement, 45,1% des étudiants font face à des difficultés dans leur recherche de logement qui perdurent tout au long de l’année.

Répondre aux besoins spécifiques des étudiants en mobilité internationale ou franco-française en termes de procédures d’accès au logement dédié, de coût de la vie à Toulouse et dans les Villes Universitaires d’Équilibre

  • Améliorer la diffusion de l’information sur les sites internet des établissements, et au niveau de Campus France.
  • Centraliser l’information hors campus sur le site internet welcomedesk.univ-toulouse.fr (point de centralisation de l’information).
  • Promouvoir les autres modes d’habiter (colocation, logement intergénérationnel, etc.)
  • Expliciter les critères d’attribution de logement du Crous.

Accompagner les étudiants internationaux

  • Déconstruire les « croyances » avec lesquelles les étudiants hors Europe arrivent.
  • Alerter et informer sur les problématiques financières.
  • Promouvoir la garantie VISALE.

Hébergement d’urgence

  • Création d’un groupe de travail dédié
  • Quantifier et caractériser le besoin, sa temporalité, sa localisation géographique
  • Recherche de solutions complémentaires aux dispositifs existants

Les principaux critères qui sont remontés dans le diagnostic et les enquêtes sont le montant du loyer et la localisation.

Construire plus de logement et réhabiliter/rénover des bâtiments

  • Mettre en œuvre un groupe de travail sur l’identification des bâtiments nécessitant une rénovation, réhabilitation ou requalification et des terrains nus (foncier disponible) dans les VUE et à Toulouse.

S’adapter aux besoins des étudiants

  • Réaliser une étude auprès des étudiants ou de leurs représentants afin de définir le « logement adapté »
  • Nécessité d’une réflexion à poursuivre sur le logement des publics spécifiques : boursiers, alternants, situations de précarité, internationaux.

On constate des problèmes d’insécurité aux abords des résidences étudiantes et des mesures sont mises en œuvre dans les résidences Crous. Une concertation entre acteurs du logement (établissements, collectivités, Crous, bailleurs sociaux) doit être poursuivie. 

S’entraider

  • Développement d’outils numériques favorisant la solidarité entre étudiants.

Communiquer

  • Communiquer sur la vie collective en résidence et les référents/médiateurs disponibles en cas de difficultés pour fonder une communauté de résidents solidaires.

Développer la concertation entre les institutions concernées

  • Identifier les lieux qui peuvent générer du sentiment d’insécurité. Concertation des gestionnaires des résidences (Crous, bailleurs sociaux) et des collectivités pour répondre aux problèmes d’insécurité aux abords des résidences. 

Pour aller plus loin

Pour consulter le plan d’action complet du Schéma d’Amélioration de la vie étudiante, rendez-vous sur Nouveau Schéma 2021 -2026 !

hhhh

Vous aussi, participez !

Envoyez vos suggestions ou remarques via le formulaire de contact ou écrivez à : schema-vie-etudiante@univ-toulouse.fr

Prénom
Nom de Famille
E-mail
Message
Le formulaire a bien été envoyé !
Une erreur s’est produite lors de l’envoi du formulaire. Veuillez vérifier à nouveau tous les champs du formulaire.