Au-delà du fait que ce sont des vecteurs importants de lien social, le sport et l’activité physique sont reconnus comme des facteurs déterminant de santé, de bien-être physique et moral, d’épanouissement, d’hygiène de vie et de perception de soi. Dans ce cadre, les activités physiques ou sportives sont relativement bien ancrées dans la vie des étudiant·e·s des établissements du périmètre de l’Université Fédérale de Toulouse Midi-Pyrénées.

Vous souhaitez faire du sport sur Toulouse ou en Région ?

Chiffres clés

  • 60% des étudiant·e·s pratiquent une activité physique ou sportive de manière régulière.
  • 68% des étudiant·e·s déclarant ne jamais pratiquer une activité physique ou sportive sont des femmes.
  • Les 3 premiers freins à la pratique des étudiants :
    • 56% des étudiant·e·s manquent de temps,
    • 42% des étudiant·e·s manquent d’envie,
    • 36% des étudiant·e·s manquent d’argent.

Pour consulter l’ensemble des résultats de l’enquête de 2020 sur les conditions de vie étudiante, allez sur Vie Étudiante : Enquête et Diagnostic !

Éléments de contexte

Une pratique autonome bien ancrée dans les habitudes sportives des étudiants

Parmi toutes les possibilités de pratiques offertes par le territoire, la pratique autonome (sans cadre institutionnel et sans encadrement d’un professionnel) concerne la plus grande proportion d’étudiants, 72% déclarant pratiquer une activité physique ou sportive. Vient ensuite la pratique au sein de structures payantes telles que les piscines, les salles de sport ou les salles de danse (27%) puis la pratique via une association sportive (12%).

L’offre de pratique des établissements : des activités variées et de qualité

L’offre sportive des établissements se décline entre les pratiques libres, réalisées en loisir ou dans une optique de participation aux compétitions universitaires organisées par la FFSU, et les pratiques dans le cadre d’un enseignement, qu’il soit obligatoire ou pas. 28 % déclarent avoir une pratique physique ou sportive au sein des établissements. Plus de 8 étudiants sur 10 se déclarent satisfaits voir très satisfaits par l’offre proposée par le service des sports ou l’association sportive de leur établissement.

Une pratique physique ou sportive de bien-être plébiscitée

Alors que plus d’1/4 des étudiant·e·s évalue mauvais ou très mauvais leur état de santé psychologique et que les activités physiques et sportives favorisent le bien-être, les efforts pour développer l’offre « sport-santé » nécessitent d’être poursuivis notamment grâce aux activités de la forme et aux pratiques douces (relaxation, fitness, yoga, méditation, pilates, etc.). Les notions de santé, de détente et de bien-être représentent les principaux motifs de pratique sportive.

Une prise en compte des publics spécifiques dans l’élaboration de l’offre à poursuivre

De par leurs situations plus ou moins singulières, certaines catégories d’étudiants ont des taux de pratique se révélant inférieurs à la moyenne notamment pour ceux en situation de handicap, en particulier ceux présentant des troubles moteurs.

Des freins et des limites à la pratique tout de même identifiés

Bien que les activités physiques ou sportives soient plutôt bien assimilées par les étudiants, le manque de temps, d’envie et d’argent freinent l’essor de la pratique. Par ailleurs, même si les étudiants sont globalement satisfaits de l’offre de leur établissement, celle-ci connaît des limites, tant à Toulouse que sur les Villes Universitaires d’Équilibre. Le déficit d’installations sportives sur ou à proximité des campus et le manque de créneaux inhérent, de même que le manque de moyens humains pour encadrer, réduisent le développement de la pratique au regard des demandes des étudiants.

Découvrez les thématiques et le plan d’actions du nouveau schéma

Le plan d’actions : les objectifs et réalisations

Le déficit d’installations sportives sur ou à proximité des campus, le manque de créneaux de pratique inhérent ainsi que le manque, voire l’absence, de moyens humains destinés à l’encadrement des activités limitent le développement de la pratique au regard des demandes des étudiants.

La mutualisation et l’optimisation des équipements sportifs, en concertation avec les collectivités territoriales, apparaissent nécessaires pour améliorer l’offre sportive des services et des associations des établissements.

Développer les moyens matériels nécessaires à l’amélioration de l’offre de pratique

  • Optimiser les créneaux de pratique existants. Mutualiser et créer des équipements au regard des demandes et des besoins identifiés en coordination avec les acteurs du sport universitaire, le Creps, les collectivités territoriales et le Rectorat, en particulier à l’échelle de Toulouse via la création d’une instance dédiée.

Développer les moyens humains dédiés à l’encadrement et à l’animation des activités physiques et sportives

  • Recruter des enseignants d’EPS titulaires pour pérenniser l’offre des services des sports, surtout celle relative à l’enseignement. Avoir recours à des vacataires, voire à des étudiants (notamment les Staps), pour encadrer les créneaux loisirs et les créneaux des associations sportives des établissements.

Assurer l’égalité d’accès à la pratique sportive entre les campus Toulousains et les campus des Villes Universitaires d’Équilibre (VUE)

  • Consolider et pérenniser les moyens, notamment financiers, dédiés au sport dans les VUE pour y proposer une offre plus qualitative.
  • Mutualiser les moyens et les offres de pratique déjà existants entre établissements situés sur les mêmes VUE et à Toulouse.

La pratique autonome est en hausse et concerne une large majorité des étudiants ayant une activité physique ou sportive régulière. Par ailleurs, l’offre sportive du territoire (clubs, structures payantes…) complète celle mise en œuvre par les service des sports et les associations des établissements en répondant à des attentes des étudiants différentes. Informer ces derniers sur les options qui s’offrent à eux puis les soutenir dans cette pratique représente donc un axe opportun à suivre.

Accompagner et soutenir les étudiants dans leur pratique sportive autonome

  • Construire des équipements sportifs avec des accès simplifiés et des modalités de pratique souples, type city-stade ou module de fitness, à proximité des lieux de vie et d’études des étudiants.
  • Mettre à la disposition des étudiants des ressources leur permettant d’adopter une pratique sportive en autonomie pérenne (cours et programmes en présentiel ou en ligne et en accès libre, conseils, guides, outils numériques…).

Favoriser l’identification et l’accès aux structures sportives locales situées en dehors des campus

  • Communiquer sur les offres des structures locales, en particulier celles qui proposent des tarifs préférentiels à destination du public étudiant.
  • Proposer un pass-sport réduisant le coût d’accès à certaines structures (piscines, salle de sport, salle d’escalade…).

Favoriser l’accès à l’offre sportive des clubs locaux

  • Informer les étudiants sur l’offre sportive des clubs et conclure d’éventuels partenariats avec ces derniers pour faciliter la pratique dans un club (tarifs réduits sur les cotisations, réservation de places pour les étudiants…).

Organiser des événements sportifs pour dynamiser et fédérer la vie étudiante

  • Organiser des événements de type journée sport de la Semaine de l’Étudiant, journée sport campus, journée olympique, semaine olympique et paralympique, etc.

Alors que plus d’un quart des étudiants évalue mauvais ou très mauvais leur état de santé psychologique et que l’activité physique et sportive favorise le bien-être des étudiants, la mise en place et le développement d’une offre bien-être complémentaire à l’offre sportive est nécessaire pour répondre aux attentes des étudiants et les encourager à débuter ou poursuivre la pratique d’une activité physique.

Développer l’offre axée bien-être à destination, en priorité, des étudiants évaluant mauvais leur état de santé

  • Mettre en place des ateliers, des stages et des cours orientés sur différentes problématiques de santé identifiées chez les étudiants (obésité, sédentarité, diabète, alimentation, stress…) et en s’appuyant notamment sur des pratiques douces et les activités de la forme (yoga, pilates, méditation, fitness…).
  • Mettre en place une « commission sport santé » commune à l’ensemble des établissements et des acteurs du sport et de la santé pour partager les bonnes pratiques et faire émerger des actions et des projets collectifs.

Certaines catégories d’étudiants présentent des besoins ou des attentes spécifiques pour accéder favorablement à la pratique d’une activité physique ou sportive. Il est donc nécessaire de prendre en compte ces besoins dans l’élaboration de l’offre de pratique ou dans l’accueil et l’accompagnement des ces publics.

Adapter ou rendre accessible l’offre de pratique pour les étudiants en situation de handicap

  • Augmenter le nombre de créneaux de pratique adaptés. Acquérir ou mutualiser des ressources, comme du matériel, favorisant la pratique des étudiants en situation de handicap

Proposer une offre de pratique en adéquation avec les attentes du public féminin

  • Identification des attentes (activités, modalités de pratique…) et mise en œuvre de l’offre.

Poursuivre le déploiement de dispositifs d’accueil et d’accompagnement des étudiants sportifs de haut niveau

  • Mettre en place une commission « sport de haut niveau » regroupant les acteurs impliqués pour partager les bonnes pratiques et faire émerger des projets collectifs.
  • Avoir une visibilité globale de ce public sur l’ensemble du site.
  • Développer l’offre de service à destination de ce public en fonction des opportunités et accroître sa visibilité, notamment pour les étudiants internationaux.

Bien qu’une majorité d’étudiants déclarent s’adonner à une activité physique ou sportive, des freins à la pratique subsistent. Le manque de temps, le manque d’argent et l’absence d’envie en sont les trois principaux identifiés. La réduction de ces freins, dont certaines actions des fiches précédentes y contribuent, est ainsi essentielle pour favoriser la pratique chez les étudiants.

Aménager des créneaux banalisés dédiés aux activités culturelles et sportives dans l’emploi du temps des étudiants

  • Organiser des pauses méridiennes de 2h plusieurs fois par semaine et libérer 4h le jeudi après-midi.

Donner envie aux étudiants de pratiquer une activité physique ou sportive

  • Augmenter les capacités d’accueil pour les activités les plus plébiscitées comme les activités de la forme (cf. fiches 2.1 et 2.3).
  • Communiquer cette offre de manière adéquate (souligner les bienfaits du sport, jouer sur les codes des étudiants…).

Pour aller plus loin

Retrouvez ici toutes les podcasts !

Vous aussi, participez !

Si vous souhaitez participer, vous avez la possibilité de communiquer vos suggestions et commentaires ci-après ou d’adresser un mail à l’adresse suivante : schema-vie-etudiante@univ-toulouse.fr !

Prénom
Nom de Famille
E-mail
Message
Le formulaire a bien été envoyé !
Une erreur s’est produite lors de l’envoi du formulaire. Veuillez vérifier à nouveau tous les champs du formulaire.